jeudi 12 octobre 2017

Test : La jupe longue Villa Satine de Maison Close



Difficile de faire mieux que les produits de la marque Maison Close dans la gamme sexy chic.
En magasin, leurs packagings, leurs présentoirs, leurs catalogues nous faisaient de l’œil depuis longtemps.
Il y a quelques années, nous avions déjà acheté des poignets à lacer. Magnifique, une dentelle des plus délicates...

Et c'est grâce à Espacelibido.com que nous avons continué à découvrir cette marque en essayant la jupe Villa Satine.

Packaging :
Les produits Maison Close sont tous vendus dans des étuis en carton avec un joli gaufrage doré sur la face. En magasin ou dans sa garde robe, on peut vite s'y perdre, puisque tous les produits sont packagés à l'identique. Toutes les boites se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Seule une étiquette en dessous identifie la référence.
A l’intérieur, la jupe est pliée soigneusement sans être compressée. Vous pourrez l'y remettre sans difficulté. Et la ranger dans le délicat papier de soie siglé Maison Close.


Matière :
De la dentelle très fine sur les cotés. Et du polyester (96%) et du Spandex (4%) sur les parties opaques. D'aspect satinée, elle est très douce au toucher. Un plaisir à caresser.



Silhouette :
Compte tenu de la matière. La jupe est peu extensible. L'avantage, c'est qu'elle se tient bien. Même dans le temps et après plusieurs lavages à la main. Elle ne se décolore pas, et les coutures tiennent.
Ce qui est quand même rare avec les vêtements que l'on trouve dans les loveshops (qui sont souvent une gamme en dessous et des prix moindres, je vous l'accorde)
A l'arrière, elle est légèrement fendue. Vous permettant, malgré tout, de vous déhancher sur le dance floor.
La fermeture éclair invisible s'ouvre facilement. Vous la quitterez donc aisément pour rejoindre vos amants/maîtresses au lit.
Les côtés étant totalement translucides, il est impossible de mettre de la lingerie de couleur voire de la lingerie tout court. Il est difficile de trouver la pièce de lingerie qui évite la superposition des 2 matières sur les hanches au point que ma femme préfère ne rien porter du tout sous cette jupe. Les bas sont proscrits. 



Efficacité :
Pa a mis beaucoup de temps pour sortir avec cette jupe. non pas qu'elle n'assumait pas. Mais parce qu'elle hésitait toujours pour l'accompagner d'un haut. Depuis, Maison Close a sorti un body et une guepière assortis qui remontent haut sur les hanches. Mais, à l'époque, ce n'était pas le cas. Et trouver un haut avec de la dentelle coordonnée ne fut pas chose facile.

Ce que j'aime le plus avec cette jupe, c'est quand Pa la porte en montant des escaliers. Et celui des Amazones est parfait pour cela. La lumière joue sur le satin et sur ses courbes. Un régal.

Ce soir-là, nous quittions le bar pour rejoindre les vestiaires et nous changer pour aller du coté balnéo. Mais Pa en a décidé autrement. Au lieu de s’arrêter aux casiers, elle continue sur sa lancée, me fait signe du doigt avant de disparaître au détour d'un mur. Je sais où mène le couloir qu'elle emprunte. Une grande pièce que nous ne fréquentons jamais. Parce que, jusque là, pas assez téméraires pour y jouer.
Je la rattrape rapidement ; passe, à sa suite, un petit couloir parallèle, pour l'instant vide ; et entre avec elle dans le coin câlin. Elle ferme la porte derrière moi.
Au mur, une télévision diffuse un film pornographique. Les acteurs n'en sont qu'aux préliminaires.
Elle s'approche de moi. M'embrasse voluptueusement et me fait ôter ma veste de costume. Elle la jette sur l'une des banquettes derrière elle, puis me pousse jusqu'à me renverser sur la banquette derrière moi. Je me cogne la tête contre le miroir. Mais, peu importe, j'ai bien autre chose à penser.

Devant moi, ma belle commence son effeuillage en rythme avec la musique du film. Sa danse est hypnotique. Je ne la quitte pas des yeux. Le monde pourrait s'écrouler que je ne m'en rendrais pas compte. Elle enlève doucement son top en dentelle révélant un soutien gorge pigeonnant.
Dans la pénombre, je ne vois pas son regard, mais je sais qu'elle en profite pour évaluer sa performance dans la miroir derrière moi.

Elle attrape un coussin à coté de moi, et le pose entre mes jambes. Le spectacle fut de courte durée. Mais la suite s'annonce prometteuse. Elle aurait pu enlever ses gants en dentelle, mais elle veut jouer de cette matière sur mon sexe.

Sexe qu'elle extirpe puis qu'elle caresse doucement. Elle se penche alors pour l'embrasser et le lécher. Une fois, deux fois. Pas plus.

Elle se redresse, se relève et recule de deux pas.

Je sens que la récréation est finie.

Mais il n'en est rien. Elle tend le doigt vers moi, et d'un geste m'ordonne de me rapprocher d'elle.

Je m’exécute (qu'auriez vous fait à ma place ?) On ne désobéit pas aux ordres de la belle Pa.

Elle se décale. Me fait faire 90°. puis me repousse vers le mur de la porte. La troisième banquette de la pièce me reçoit. Ce mur est équipé de gloryholes (raison principale à notre non fréquentation de l'endroit). Mais, ce soir, nous tentons des expériences.

Elle reprend là où elle s'était arrêtée. A la différence près que dans les angles extrêmes de mon champ de vision, le miroir a disparu. Ce qui l'a remplacé, c'est un sexe. Classique, moyen, normal. Ne vous imaginez pas tout de suite que les clubs libertins sont remplis de phallus surdimensionnés.

Et pendant que ma belle s'active sur le mien, elle ne laisse pas tout seul celui qui sort du mur. Elle le caresse, la cajole puis rapidement le masturbe. Le contact de la soie sur sa queue ne laisse pas son propriétaire indifférent puisque rapidement il décharge sur la banquette noire. Cette verge disparaît aussi vite qu'elle est apparue.
De l'autre coté de ma tête, une nouvelle émerge. Pa la prend en main, puis prend ma main pour la poser dessus. Je fais du mieux que je peux. Mais difficile de se concentrer alors que l'on vous donne tant de plaisir.

Elle vient à ma rescousse. S’assoit sur la banquette et reprend la masturbation de nos deux queues. Encore une fois, le résultat ne se fait pas attendre. Et notre compagnon invisible atteint l'orgasme. Plusieurs jets atteignent la jupe de Pa qui ne se laisse pas déconcentrer alors qu'elle embouche mon sexe.

C'en est trop pour moi. Et moi aussi, j'explose.

Privilège du mari, j'ai droit à sa bouche.

Elle se relève alors que j'ai encore des spasmes. Enfile son top et, posant ses mains sur ses hanches, me dit : "On va se baigner?"

Je la regarde, belle, déterminée, conquérante !

Les tâches sur la jupe ne lui enlèvent rien de sa superbe.

Au fait, vous ai je dit que cette jupe se lavait facilement ?


Conclusion :
Avec cette jupe Villa Satine de Maison Close, on est dans le top de la tenue pour aller en club (sans avoir besoin de casser son PEL). Idéale pour les tailles fines sans grande cambrure, elle se porte facilement avec un haut satiné ou en dentelle. Ça laisse donc le choix. Du top légèrement décolleté au soutien gorge pigeonnant en passant par la dentelle raffinée.
Vous retrouverez d'autres photos de cette jupe dans notre précédent article : Défi Photo : La lecture.

Merci à espacelibido.com de nous faire toujours autant confiance. C'est un partenaire de qualité, et nous avons encore quelques tests à publier avec leur collaboration.



vendredi 4 août 2017

Retour sur le calendrier de l'avent saison 9 : défi photo : La lecture

Plus de 7 mois après la fin de notre dernier calendrier de l'avent coquin, nous avons enfin récupéré les photos nous permettant de répondre au défi de Clarissa Rivière.

Rappelez-vous. Elle nous avait mis au défi pour une photo : elle évoque "une lectrice habillée très sexy, ou une femme dont le corps serait partiellement caché par des livres et y ajoute, si possible, des bougies pour seule lumière."


Nous n'avons pas suivi parfaitement ses recommandations. Mais le thème des livres nous a inspiré pour ce shooting.


Pour accompagner le livre, un verre de vin. Elle qui n'aime pas l'alcool. Et une jupe Maison Close que nous a envoyé espacelibido.com (promis, on vous rédige le test très vite)

Voici donc la photo officielle, ainsi qu'une autre pris en backstage.


mardi 1 août 2017

Découverte du club l'Elixyr (17)

Nous adorons découvrir de nouveaux clubs. Ça, ça n'a pas changé. Mais, je crois que le mieux, c'est qu'on nous organise un week-end coquin avec visite surprise d'un club. Et c'est Mrs et Mr Sweet qui nous ont organisé cela.

Nous les fréquentons depuis quelques mois et nos soirées sont toujours un délice.

Vous savez comment on juge de la qualité d'une soirée?
A la quantité de temps morts qu'il y a dans la discussion. Et avec eux, il n'y en a jamais eu.

Nous cherchions une date commune depuis un bon moment. Pas d'enfant, pas de boulot... L'équation devenait insoluble. Mais c'était sans compter sur leur ténacité.


Nous voilà donc à prendre la route pour Tours en cette fin de matinée du 15 juillet. Les tenues sont estivales. Mais nos gambettes sont encore blanches. Nos vacances ne sont programmées que fin août.

La destination est enfin dévoilée : La Rochelle. Une ville que Pa n'apprécie pas particulièrement. Contrairement à moi, qui y ai énormément de bons souvenirs. Nos coquins arriveront quand même à lui faire changer d'avis. Aidés par le vent chaud de l'été, la musique de Petit Biscuit présent aux Francofolies et le dîner au Comptoir des Sens.

Jusque là, nous marchions en terrain connu. Mais, pour la suite, les coquins n'ont lâché que très peu d'indices.
Lorsqu'ils donnent l'adresse de notre hôtel, je comprends que nous allons tester l'Elixyr, mais également les chambres que ce club propose aux coquins de passage. Non, je ne connais pas l'adresse de tous les clubs français. C'est juste que je n'ai pas pu m'empêcher de mener ma propre enquête. Contrairement à Pa qui, elle, s'en remet entièrement à nos amis.


La route est agréable.
A mes cotés, Pa ferme les yeux. Et, à l'arrière, je sens que les esprits s'échauffent. Tant mieux! Ma conduite approximative dans les rues surchargées de La Rochelle est désormais plus sereine. Ils peuvent en profiter pour s'amuser.

De nombreuses voitures sont déjà sur le vaste parking du club. La musique s'entend de loin.
En déchargeant nos bagages, nous dénotons dans le paysage. De nombreux clients arrivent et nos tenues n'ont rien à voir avec les leurs.

Nous récupérons les clés des chambres et nous séparons momentanément pour nous apprêter. Les filles rateront leur RDV pour se maquiller mutuellement. Un couple ayant décidé de commencer la soirée coquine sans nous. Le temps qu'ils passent à la douche, et nous sommes nous aussi prêts.

Les filles sont magnifiques. Les hommes élégants.

Que demander de plus?

De la bonne musique ?

Et bien, de ce qu'on entend, le DJ est à la hauteur.


Nous pénétrons dans le club. Une zone extérieure avec piscine chauffée, bar et salon détente. Cela nous change de nos clubs exclusivement renfermés. Des couvertures sont même à disposition pour les plus frileux d'entre nous. Précisons quand même que les espaces verts sont particulièrement bien entretenus. Cela saute aux yeux. Le reste de l'établissement est à l'image de cela.
L'intérieur est surprenant. Une décoration très métallique en parfait accord avec le thème Mad Max de la soirée. Ma belle a choisi sa robe un peu par hasard et elle colle parfaitement au thème. Nombreux sont les libertins qui, eux aussi, ont revêtu latex et cuir. C'est tellement agréable de se balader dans un univers cohérent.
Les coins câlins sont tortueux, inventifs et décalés. Le club est fait de plein de petits passages dans lesquels se faufiler pour accéder à la balnéo, à une chambre sous pente, ...


Pièce maîtresse : Un véritable donjon équipé des pires instruments de torture. Une chaise bloquant les jambes écartés, une croix de Saint André évidemment, un pilori, un cheval d'arçon, un lit équipé de menottes... Il y a même une trappe souterraine permettant d'enfermer quelqu'un. Et au milieu, des fauteuils et une table basse à laquelle nous pourrions nous installer pour prendre un verre en regardant les soumi(e)s subir les pires sévices.

Des flashbacks me reviennent :

Nous retournons au bar et à la piste de danse où les libertins se déchaînent. La patronne, toute de cuir vêtue, fait le show en dansant sur le comptoir et en y mettant le feu (au sens littéral du terme). Les danseurs autour de nous commencent à ne plus pouvoir retenir leurs pulsions. Comme d'habitude, les rapprochements se font entre filles. Les nôtres ne dérogent pas à la règle et s'embrassent intensément entre 2 gorgées de leur verre.
Sur la mezzanine où nous surplombons la fête, elles font monter la température d'un cran en s'allongeant sur un matelas. Le dos de Pa est sublime alors qu'elle se penche pour embrasser Mrs Sweet alanguie devant elle. La robe, tendue, dévoile son losange de Michaelis et le haut de son séant. Un appel à la luxure !


Le spectacle de cracheurs de feu à coté de la piscine où des coquins iront se jeter une fois le show terminé. Le numéro se poursuivra plus tard avec feu d'artifice, étincelles et danse de robot. Des animations en parfaite harmonie avec l'univers Mad Max. Que rajouter de plus? Un tatoueur installé dans un coin?

Pa qui se renverse une bouteille d'eau sur la poitrine. Faisant s'exorbiter les yeux des danseurs autour de nous. Le voile de sa robe collé à sa délicieuse poitrine est fascinant. Difficile d'en détacher le regard.

Me reviennent aussi en mémoire les images des filles jouant avec les instruments de torture du donjon. L'une passant la tête dans le pilori, enjambant le cheval d'arçon, ou s'accrochant à la croix de St André. L'autre jouant de caresses, de fessées et de baisers.

L'heure avançant, il est temps pour nous de rejoindre la balnéo. Les installations sont assez petites; je redoute l'embouteillage. Mais, pas du tout. Nous devons avoir un train de retard avec les autres clients qui en sont déjà sortis pour s'amuser dans les coins câlins.


La piscine à bulles est plongée dans le noir, et nous nous glissons tous les 4 dans un coin. Nos corps se frôlent. Nos gestes sont délicats. A coté de nous, une jeune femme offre une douce fellation à son compagnon assis sur le rebord. Son dos cambré attise les braises dans le regard de ma belle.
De notre coté, chez les hommes, la tension monte sous l'eau grâce aux mains habiles de ces dames.
Elles viennent nous chevaucher. Faisant onduler leur bassin sur notre queue hérissée.
A cet instant, nous ne faisons tous qu'un.
Je sais que Mr Sweet a des envies bi, parfois. Mais comme mon initiateur l'a fait pour moi il y a quelques années, je le laisse venir à son rythme. Ce ne sera pas pour ce soir.
Mrs fait monter Mr Sweet sur le rebord. Et contrairement à tous ces hommes qui, sur le bord des bassins, montrent un visage impassible alors qu'ils reçoivent la plus douce des caresses, notre compagnon est, quant à lui, totalement sous le charme de la bouche qui joue avec son vit. Et lorsque la langue de Pa se joint à la gâterie, il donne les signes du trépas.
La petite mort l'a pris.

Ils nous laissent tous les deux continuer nos jeux.

J'aurais droit également à la même caresse de ma belle.
Au même endroit.
Le coin de ce jacuzzi est décidément propice à l'orgasme.

Nous rejoindrons peu de temps après nos chambres respectives alors que la lumière du jour commence à poindre. Quoi? Déjà au lit?

Et oui, la soirée ne fut pas des plus orgiaques. C'est ca aussi le libertinage. Se retrouver avec des amis. Partager des moments des plus sensuels sans qu'une avalanche de sexe nous submerge.

Mais rassurez-vous ! Nous devons rendre la chambre à 14h. Et ordre est donné à nos doux amis de venir nous réveiller...

L'Elixyr :
Points positifs :
                Personnel très festif;
                Ambiance au top;
                Buffet de qualité et varié
                Coins câlins inventifs
                Hôtel à proximité immédiate

Points négatifs :
?
Loin de tout

Adresse : 3 Route de Saint-Jean, 17330 Vergne
Téléphone : 06 12 33 28 10

Merci à Mrs et Mr Sweet de nous avoir organisé ce mini weekend. Toujours trop court en leur compagnie. A charge de revanche évidemment. Et, chers lecteurs, si vous souhaitez les découvrir, n'hésitez pas à aller faire un tour sur leur Instagram.